Faut-il passer par Airbnb pour louer son appartement ?

Un site comme Airbnb est un outil très efficace pour ceux qui cherchent un toit convivial ou une demeure d’exception pour une courte durée. Pour ceux qui souhaitent mettre en location leur appartement, il suffit d’un seul clic moyennant paiement pour soumettre leurs offres. Le site Airbnb est une plateforme qui permet aux particuliers de se rendre service entre eux, mais à condition de respecter quelques règles.

Pour louer un logement entre particuliers, vous pouvez passer par le site airbnb en observant les règlements qui régissent la matière.

La location meublée à court terme entre particuliers avec Airbnb est recadrée, mais pas prohibée. Ce  site offre des opportunités de location et de gains raisonnables pour les particuliers. Mais la publication des offres de service doit respecter scrupuleusement les règlementations en vigueur. Ainsi le bien proposé en location par le propriétaire doit constituer sa résidence principale au sens de la loi. C’est-à-dire un logement réellement occupé au minimum huit mois par an. La durée minimale de location est de quatre mois de façon continue, ou entrecoupée à la nuitée, hebdomadairement ou mensuellement.

Les cas  spécifiques des localités qui souffrent d’une pénurie de logements

Dans des localités qui souffrent d’une pénurie d’habitation, une délibération du conseil municipal est nécessaire pour autoriser la location des appartements meublés à court terme. Cela concerne la ville de Paris, Lyon, Marseille et Nice. Si le logement mis en location pour de courtes durées ne constitue pas la résidence principale de son propriétaire. Il est obligatoire de se faire délivrer par la mairie un changement d’usage et de destination. Il s’agit d’une procédure d’urbanisme longue et complexe qui aura des impacts fiscaux notables. Effectivement un local qui fait l’objet d’un changement d’usage et de destination perd son caractère juridique et fiscal d’habitation. Par conséquent, l’exonération pour cession de la résidence principale ne pourra plus s’appliquer à votre plus-value. Il en est de même pour celle accordée aux résidences secondaires dont la cession intervient après une certaine période de détention.