Sarlat, ville d’art et d’Histoire au cœur du Périgord

Sarlat est la première destination de la Dordogne, la ville accueillant chaque année deux millions de visiteurs. Toutes ces personnes sont surtout attirées par la richesse du patrimoine architectural et culturel de la cité médiévale. Dans le cœur historique notamment, on retrouve de nombreux vestiges, en particulier des châteaux, des maisons nobles ou des édifices religieux, qui permettent de retracer l’Histoire de Sarlat et du Périgord. Le séjour dans la ville est d’ailleurs l’occasion de mieux connaître son passé, comme le fait qu’elle faisait office de place forte durant la Guerre de Cent Ans, entre autres. Les joyaux architecturaux sarladais côtoient en même temps des constructions modernes, et en particulier dans le centre, on retrouve de nombreux restaurants, cafés, bars ou hôtels dont la plupart s’adaptent à l’aspect « vintage » de la ville. Dans cet article, nous parlerons des principaux attraits de Sarlat. Nous évoquerons également les villages alentour qui forment la vallée de Dordogne.

Une forte densité de monuments classés ou inscrits

Sarlat est un livre d’Histoire à ciel ouvert en raison de la forte concentration de monuments historiques. C’est en particulier dans le cœur historiques qu’on retrouve le plus de vestiges architecturaux, ce qui explique d’ailleurs en partie le fait qu’un restaurant ou un hôtel Sarlat pas cher choisisse de s’implanter dans ce secteur ou dans un périmètre à proximité immédiate.

La cité médiévale compte en tout soixante-six monuments classés ou inscrits, dans un périmètre de onze hectares. Parmi ces vestiges, on peut notamment citer le château de La Boétie, le manoir de Gisson, l’ancien hôtel de ville ou surtout de nombreux édifices religieux comme le couvent Sainte-Claire, l’église Sainte-Marie, la cathédrale Saint-Sacerdos, la chapelle Saint-Benoît ou encore la chapelle des Pénitents blancs.

Mais il est vrai qu’une localité n’est pas labellisée ville d’art et d’Histoire de par le simple fait qu’elle concentre de nombreux vestiges historiques. En effet, le label « qualifie des territoires qui (…) s’engagent dans une démarche active de connaissance, de conservation, de médiation et de soutien à la qualité architecturale et du cadre de vie », peut-on notamment lire sur Culture.gouv.fr. Le site du ministère de la culture estime également important que ces localités aient en conscience « [les] enjeux que représente l’appropriation de leur architecture et de leur patrimoine par les habitants ».

En résumé, la qualité de conservation d’un patrimoine diversifié est un atout appréciable pour une ville, de même que l’appropriation de ce patrimoine par les habitants.

Sarlat, un des « plus beaux détours de France »

Sarlat fait donc partie des « petites villes touristiques » qui affichent « une identité », « un patrimoine valorisé et attrayant », « une tradition gastronomique » et « un artisanat diversifié », entre autres caractéristiques mises en avant sur le site Plusbeauxdetours.com. Le même site accorde aussi une importance particulière à la qualité de l’hébergement et de l’accueil, de même qu’à « l’ambiance d’un marché ou d’une fête locale ».

Le critère ayant trait à la valorisation du patrimoine rejoint, au fond, l’esprit du label « ville et pays d’art et d’Histoire ». Il en est de même pour l’identité, laquelle se reflète notamment dans la gastronomie locale. Concrètement, Sarlat est une ville où les produits du terroir sont mis à l’honneur, en particulier dans les restaurants ayant pignon sur rue du centre-ville, certains établissements étant même spécialisés dans la gastronomie périgourdine. Les mêmes produits locaux sont également au cœur des échanges qui animent les marchés de la ville, en particulier celui de la place de la Liberté, qui accueille habitants, visiteurs ou professionnels de la gastronomie tous les mercredis et samedis.

L’identité s’affirme également à travers les différentes manifestations culturelles. Tout au long de l’année, Sarlat est en effet rythmé par plusieurs fêtes traditionnelles ou quasi folkloriques pour certaines. La plupart de ces manifestations culturelles ont un lien avec la tradition gastronomique sarladaise ou périgourdine. C’est le cas entre autres des « Journées du terroir », de la « Fest’oie », de la « Fête de la noix », de la « Fête de la truffe », pour ne citer que ces exemples.

L’intérêt d’opter pour une visite guidée

La visite guidée permet surtout de gagner du temps étant donné la forte densité de monuments historiques, en particulier dans le centre de Sarlat. Cela permet notamment de visiter en priorité les édifices ou les sites les plus emblématiques, comme la place de la Liberté et son marché ou le manoir de Gisson, entre autres.

Cela dit, il y a toujours des personnes qui n’ont pas forcément le temps de visiter de nombreux sites ou monuments historiques. Certains visiteurs, qui ne sont de passage en vile qu’une journée ou deux notamment, peuvent se consoler en déambuler dans les ruelles pittoresques du cœur historique. Ces ruelles sont chargées d’histoires, et la promenade permet en même temps de contempler, sans avoir à visiter de nombreux monuments, les différents styles des façades des châteaux ou surtout des édifices religieux. On profite aussi de cette promenade tranquille pour prendre un verre en terrasse ou goûter à une spécialité locale, dans l’un des nombreux restaurants situés en centre-ville.

Les villages médiévaux dans la vallée de Dordogne

Ceux qui ont le temps peuvent sillonner la vallée de Dordogne, admirer les trésors uniques que sont ces cités médiévales dont certaines ont servi de places fortes lors de la Guerre de Cent Ans. Cinq d’entre elles figurent parmi les « plus beaux villages de France », en l’occurrence Autoire, Carennac, Collonges-la-Rouge, Curemonte et Loubressac. Ces sont des sites qui valent absolument le détour, d’autant qu’ils sont également riches en patrimoine. On y découvre notamment des édifices religieux, des châteaux ou d’anciennes demeures nobles comme des tourelles, des gentilhommières ou des manoirs…