Séjour-découverte à Sarlat, « ville d’art et d’Histoire » du Périgord

Sarlat est une des plus belles destinations pour des vacances ou un court séjour en famille. C’est surtout la ville la plus visitée en Dordogne, accueillant chaque année deux millions de visiteurs. Ces derniers se laissent subjuguer par la présente toujours latente de l’esprit médiéval de la ville. Cette identité historique se reflète en particulier à travers un grand nombre de sites ou monuments historiques, dont la place de la Liberté, le manoir de Gisson, le couvent Saint-Claire, entre autres. Le label « ville d’art et d’Histoire » est une consécration bien méritée pour Sarlat – nous expliquerons pourquoi. Il en est de même pour le fait que la ville figure parmi les « plus beaux détours de France ».

Retracer la vie à Sarlat et dans le Périgord depuis le Moyen-Âge

Les différents sites ou monuments présents à Sarlat permettent en effet de mieux comprendre les événements qui ont marqué la destinée de la cité. Les châteaux, les maisons nobles d’antan ou encore les édifices religieux (églises, chapelles, couvents…) sont en effets des témoins privilégiés du passé, parfois tumultueux, de Sarlat. On constate au demeurant que la plupart de ces trésors architecturaux sont concentrés dans le cœur de la ville, et le fait qu’on puisse facilement trouver un bon restaurant ou un hôtel Sarlat pas cher à proximité reflète la manière dont la modernité côtoie l’esprit médiéval de la cité périgourdine.

Sarlat est en tout cas bien connu pour avoir l’une des plus importantes concentrations de monuments classés ou inscrits. Le patrimoine sarladais comprend en tout soixante-six monuments historiques, répartis dans un périmètre de onze hectares. Mais si la cité est labellisée « ville d’art et d’Histoire », c’est aussi et surtout en raison de la qualité de conservation de ce patrimoine. Pour bien comprendre, il faut consulter le site Culture.gouv.fr pour lire le sens que le ministère de la culture donne à ce label.

Le site précise qu’une « ville d’art et d’Histoire » doit être pleinement engagée dans la connaissance mais surtout « la conservation, la médiation et le soutien à la qualité architecturale et du cadre de vie ». Le ministère de la culture met également en avant l’importance de « l’appropriation de [son] architecture et de [son] patrimoine par les habitants ».

En clair, l’attribution du label « Ville et Pays d’art et d’Histoire » requiert « un réel engagement » de la part de la collectivité concernée dans « la protection et la valorisation du paysage, de l’architecture et du patrimoine », peut-on toujours lire sur le site du ministère de la culture. L’Etat exige surtout que la culture, l’architecture et le patrimoine soient au cœur du projet de développement de la collectivité.

Sarlat répond aussi aux critères des « plus beaux détours de France »

Les deux premiers critères se vérifient facilement à Sarlat. En l’occurrence, le site Plusbeauxdetours.com précise que la ville doit offrir « un hébergement et un accueil de qualité ». Sarlat compte en effet de nombreux hôtels, pour la plupart étoilés et situés non loin des sites ou monuments historiques emblématiques. La cité médiévale compte par ailleurs de nombreux restaurants qui mettent notamment à l’honneur la gastronomie locale, en privilégiant par exemple les plats à base de produits du terroir.

Les « plus beaux détours de France » sont par ailleurs censés afficher « l’ambiance d’un marché ou d’une fête locale ». En l’occurrence, Sarlat possède plusieurs marchés où sont notamment mis à l’honneur divers produits du terroir, dont les noix ou les truffes. Le marché situé place de la Liberté, ouvert le mercredi et le samedi, est le plus emblématique d’entre eux. Sarlat peut en outre s’enorgueillir de ses différentes manifestations culturelles, pour la plupart liées à la gastronomie. La cité médiévale est ainsi rythmée par l’ambiance des « Journées du terroir », de la « Fest’oie », de la « Fête de la noix, de la « Fête de la truffe », etc.

Les « plus beaux détours de France » sont par ailleurs de « petites villes touristiques où l’on est toujours sûr de trouver […] une identité, une tradition gastronomique, un artisanat diversifié », peut-on toujours lire sur Plusbeauxdetours.com. Les fêtes sarladaises sont déjà des moyens par lesquels l’identité de la ville et de la région s’affirme. Cette identité est également mise à l’honneur grâce à l’initiative de plusieurs restaurants qui privilégient, pour la plupart de leurs plats, la gastronomie périgourdine et donc les produits du terroir.

Enfin, ces « petites villes touristiques » doivent avoir un « patrimoine valorisé et attrayant », un critère qui rejoint l’esprit du label « Ville et Pays d’art et d’Histoire ». Les châteaux, les maisons nobles d’antan ou encore les édifices religieux sont dans un état de conservation que beaucoup admirent et envient, ce qui explique la renommée mondiale de Sarlat – la ville fait d’ailleurs partie d’un réseau à référence européenne.

La visite guidée, un moyen pratique pour découvrir Sarlat

Plusieurs dizaines de monuments classés ou inscrits sont concentrés dans un périmètre de onze hectares. Autant dire qu’il plusieurs jours pour pouvoir les visiter tous. Aussi la visite guidée est-elle un moyen pratique pour gagner du temps. D’ailleurs, dans la pratique, on ne se rend pas forcément à tous les sites ou monuments sarladais. En effet, familles et groupes d’amis s’assurent de ne pas manquer les incontournables, comme la place de la Liberté et son emblématique marché, le manoir de Gisson, le château de la Boétie, entre autres.

Gagner du temps est d’autant plus impérieux quand on n’est de passage à Sarlat qu’une journée ou deux. La visite guidée permet par ailleurs de réserver du temps pour découvrir les autres cités alentour, en particulier celles qui font partie des « plus beaux villages de France » : Autoire, Carennac, Curemonte, Collonges-la-Rouge et Loubressac.